Nouvel évènement : le Sud challenge

Souvenez-nous : naguère le lycée Claret participait régulièrement au printemps des lycéens, une grande journée consacrée aux jeunes qui concouraient dans divers ateliers (arts plastiques, cinéma, danse, musique, sport, etc).

Cette année il y a du changement : l’évènement s’appelle désormais « SUD CHALLENGE » et aura le 18 mai 2018!

unnamed.jpg

Durant cette journée festive, les lycéens devront RÉVÉLER LEURS TALENTS.

Chaque établissement devra constituer une « team » de 18 à 22 élèves qui participeront aux différentes épreuves pour atteindre le but ultime gagner la coupe !

Ces teams s’affronteront tout au long de la journée dans des épreuves sportives, artistiques, de connaissance et de cohésion d’équipe. Chacune des quatre épreuves sera constituée d’activités obligatoires et d’activités complémentaires.

Le descriptif des épreuves est à retrouver ici:

http://www.regionpaca.fr/sud-challenge.html

Le lycée Claret remportera t-il une coupe? réponse le 18 mai…

 

Publicités

Prix littéraire PACA, les 1GA3A à Châteauvallon

Mercredi 6 décembre 2017, départ à 8h00 du lycée pour Châteauvallon, les 1GA3A accompagnés de Mmes Gabriele, Guillot, Warme et Waldet ainsi que Mrs Dulout et Garbe s’apprêtent à rencontrer 6 des auteurs sélectionnés dans le cadre du Prix Littéraire lycéens et apprentis PACA 2018.

Nous sommes accueillis par une petit déjeuner où les viennoiseries régalent les estomacs. L’estomac plein, nous rejoignons la salle du théâtre pour 3h00 de questions-réponses aux auteurs du prix (ce fût long, mais intéressant). Cette discussion animée par une journaliste littéraire fût précédée par la présentation des 10 lycées présents à cette occasion.

Senda et Hlima ont brillamment représentées le lycée Claret, leur prestation a été saluée par les organisateurs, leurs professeurs et leurs camarades.

Les questions aux auteurs ont permis aux jurées/élèves de découvrir l’univers des auteurs qu’ils ont lu ou qu’ils liront.

Nous avons rencontré Zéro Calcare  auteur de la bande-dessinée Kobane Calling. Il nous a fait partagé son expérience au Kurdistan dans la Syrie en guerre, récit autobiographique mis en image dans sa BD.

Hlima lui a demandé : « Où en est la situation au Kurdistan aujourd’hui? «

Zéro Calcare : « Les Kurdes ont repris Raqqa, la guerre au nord de la Syrie, daesh est en fuite, le rôle des kurdes pour l’occident était de combatte daesh ; les kurdes étaient tolérés mais le moment est difficile vont-ils avoir l’appui de l’occident leur allié, la Turquie va-t-elle les accepter ? »  Le dessinateur est toujours en contact avec certains des personnages de sa BD via les réseaux Kurdes romains (Rome, Italie). Cet auteur engagé nous a fortement impressionné.

Résultat de recherche d'images pour "Photo zero calcare"

Zéro Calcare, auteur de la BD Kobane Calling

Nous avons également rencontré Lionel Salaün auteur du roman La Terre des Wilson. Nous le rencontrerons à nouveau à Claret le vendredi 23 février 2018. 

Lionel SALAÜN a un juré qui lui a demandé si cet endroit qu’il décrivait existé :

« La terre des Wilson existe peut être ! Celle que j’ai décrite est courante en Oklahoma aux États-Unis qui a souffert de la dépression de krach en 1929 de Wall Street et d’une catastrophe naturelle en 1930 un dust bowl (haboob) qui fit de gros dégâts au niveau des récoltes. »

Nous avons également écouté 3 autres auteurs : Pierre-Henri Gomont auteur de la BD Pereira Prétend, Eric Faye pour le roman Eclipses Japonaises et Marie Redonnet pour son roman La femme au colt 45. Ils ont tous joué le jeu des questions réponses. Nous avons été particulièrement touchés par Marie Redonnet dont le livre a plu à un grand nombre d’entre nous.

Question d’un juré à Marie Redonnet : « Comment avez-vous eu l’idée de votre roman ? »

Marie Redonnet : « Je vivais entre les deux rives de la Méditerranée : en France et en Tunisie, je suis sensibilisée aux  gens qui migrent même si je ne vis pas les choses  terrifiantes qui leur arrivent car je me suis toujours sentie étrangère. J’ai pris l’histoire d’une femme marocaine, j’ai porté la voix de cette femme en imaginant qu’elle pourrait quitter le Maroc d’Hassan II. » Cette femme existe, c’est une actrice marocaine, dont Marie Redonnet ne nous a pas donné l’identité, elle lui a inspiré son histoire, à elle auteur de théâtre.

Question d’Elisa de Claret : « Quelles sont vos motivations pour écrire ce roman ? »

Marie Redonnet : « Je voulais écrire  à ce moment de ma vie après des années d’exil, en donnant la voix à un personnage de femme qui est en position de femme forte avec une arme, d’étudier ce que cette arme signifie…« . Ce texte était avant tout un objet théâtral, il est devenu roman car publier une pièce est plus difficile que publier un roman.

Les auteurs durant l’entretien avec plus de 200 jurés

Nous avons beaucoup appris des auteurs, de leurs histoires personnelles avec l’écriture, de leurs œuvres, de leur rapport au monde… Mais nous avons aussi appris sur nous : Schérazade, Elisa, Michaël… élèves de 1GA3A qui avions travaillé en amont pour rédiger des questions, nous préparer à tenir 3h00 !!!

Schérazade qui pose une question à Marie Redonnet

Nous avons clôt cette matinée par un pique-nique au soleil, nos enseignants avaient préparé des gâteaux, nous nous sommes empressés de les dévorer ! Le culture ça creuse ! Nous avons eu la chance de faire dédicacer certains des livres du prix par leurs auteurs notamment par Zero Calcare, qui signe avec un dessin de son personnage et Marie Redonnet.

Il fallait bien rentrer alors après une photographie pour immortaliser cette journée…

Nous avons attendu notre bus….. ce fût long, très long, très très long ! Mais au final, journée réussie !!!

Au cinéma, avec un réalisateur

Ce vendredi 17 novembre, les élèves de UPE2A et de 2C1 sont allés voir au cinéma Pathé liberté de Toulon le film La promesse de l’aube, réalisé par Eric Barbier (avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon, Jean-Pierre Daroussin), adapté du roman Culte de Romain Gary.

la-promesse-de-l-aube

Les élèves ont donc pu voir ce film en avant première, et rencontrer le réalisateur présent ce jour-là pour poser des questions autour du film!

Au théâtre…pour voir un film

Ce mardi 14 novembre, direction le théâtre liberté avec les élèves de 2GA1!

Dans le cadre d’un théma intitulé folie, le théâtre propose au élèves de visionner un certain nombres de films ou de spectacles.

Nous avons donc vu « Folles de joie », un film franco-italien réalisé par Paolo Virzi, avec comme actrices principales Valéria Bruni Tedeschi et Micaela Ramazzotti.

582095

« Dans ce road-movie, Beatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Une après-midi, elles décident de s’enfuir bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens « sains». »

Un très beau film qui a beaucoup plu aux élèves!

« BRAISES » Sortie au théâtre Liberté

  1. Visite de l’auteur.

Tout d’abord l’auteur de la pièce Catherine Verlaguet, accueillie par les élèves de l’2UPE2A,  est intervenu   pendant 1H au lycée, le jeudi 5 octobre.

Elle a raconté son parcours : son chemin pour devenir écrivain.

Elle nous a aussi expliqué pourquoi elle a écrit  « BRAISES ».

Puis, elle a lu un extrait de la pièce : les premières pages…

oo

  1. La pièce : un spectacle mis en scène par Philippe Boronad, décor intimiste.

Le jeudi 12 octobre, la classe est allée assister à la représentation de 14h30.

Deux sœurs, Leila et Naïma, sont confrontées au poids de la filiation et au respect du mode de vie incarné par leurs parents. Emportées par les premiers émois amoureux, elles nous tendent en miroir :leur quête libertaire de femmes en devenir.

Philippe Boronad

A la fin de la pièce, nous avons pu assister à un  débat.

ooo

  1. Témoignages :
  • Nabil « Le jeu des actrices est magnifique »
  • Mohamed S « C’est une belle pièce, mais un peu triste car on se rend compte que le droit des femmes n’est pas égal à celui des hommes»
  • Nour « Cette pièce m’a fait réfléchir… on n’est pas pareil. J’aime cette histoire »